hd-adimas

Recyclage des cartes à puce

La solution de recyclage de cartes à puce concerne au même titre :

  • les déchets des cartes à puce générés lors de la production des produits semi- finis et/ou finis (new scrap),
  • les déchets des cartes à puce post-consommation, dit « en fin de vie » (old scrap). 

Nous réalisons donc  le recyclage des cartes bancaires, cartes SIM, cartes Vitale, cartes d’identité, titre de transport …  ainsi que toutes les versions de cartes privatives de diverses enseignes commerciales issues d’une même technologie, y compris les déchets de fabrication de cartes SIM avec 2, voire 4 puces sur la même carte au format ISO 1FF. 

PROCESS AUTOMATIQUE ELPIS17®   – séparation des matières

Lors de ce traitement spécifique, jusqu’à 4 actions simultanées peuvent être exécutées en fonction du programme associé au type de la carte :

  1. Détection et ciblage intelligent des matières dans la carte à puce : une ou deux puces (standard ou RFID),  un polluant éventuel, par exemple une batterie en lithium.
  2. Séparation triée de la puce (ou des puces) avec sa destruction instantanée par broyage fin, entièrement effectué dans un circuit fermé et verrouillé.
  3. Séparation triée du polluant détecté dans la carte à puce, comme une batterie dans la carte bancaire.
  4. Destruction physique des données confidentielles à caractère personnel dans la carte à puce, notamment bancaire, en la rendant illisible et non reconstructible.

Les flux de matières sortants du traitement sont : plastique, métaux, polluants.

BROYAGE DES PLASTIQUES ISSUS DU PROCESS ELPIS17®

adimas-flux-4
adimas-flux-5

CONTENU DES BIG-BAGS 

Broyats triés par qualité du plastique :
PVC, ABS

adimas

adimas-flux-5

CONTENU DES BIG-BAGS 

Broyats triés par qualité du plastique :
PVC, ABS

adimas

VALORISATION MATIÈRES PLASTIQUES

La matière plastique de la carte à puce,

récupérée en broyats,
est dirigée vers une filière spécialisée afin de la convertir en :

Matière Première Recyclée ( MPR ) :
PVC, ABS …

1 (3)

VALORISATION MATIÈRES PLASTIQUES

Les plastiques récupérés en broyats
sont dirigés vers une filière spécialisée afin de les convertir en :

Matière Première Recyclée ( MPR ) :
PVC, ABS …

1 (3)

La MPR du plastique « sauvé » par ADIMAS représente une empreinte
carbone nettement inférieure à celle de la production des plastiques vierges
à partir du pétrole, en permettant d’éviter
89% d’émissions de CO2.

Exemple de produits en PVC recyclé

Exemple de produits en ABS recyclé

VALORISATION DES BATTERIES EN LITHIUM

Les batteries, séparées des cartes et récupérées entièrement, sont dirigées vers une filière spécialisée pour leur valorisation.

 VALORISATION DES MÉTAUX

Les métaux contenus dans la carte sont séparés avec une performance de 100% de métaux précieux récupérés !

Cet effort et cette performance sont indispensables face à la pénurie dont il est urgent de prendre conscience :

Image Au (1)

Épuisé en 2035

CAPITAL du 25.03.19 (Laurent Schwartz, directeur du Comptoir National de l’Or, société française spécialisée dans le négoce de métaux précieux)

Image Pd (1)

Épuisé en 2023

SOS PLANET (Les sources proviennent essentiellement de L’USGS (le service géologique des Etats unis) http://minerals.usgs.gov/

Image Cu (1)

Épuisé en 2050

PLANETOSCOPE.COM

Au et Pd sont des MÉTAUX essentiels pour les industries connectique et électronique.

Il s’agit des ressources naturelles non renouvelables sous forme exploitable !

Même si, grâce à des technologies avancées, nous découvrions de nouveaux gisements au cours d’explorations plus poussées de la croûte terrestre, cela ne ferait que repousser l’échéance de quelques années et ne changerait pas la donne.

Ces métaux proviennent de l’explosion, la collision d’étoiles dont les débris ont donné naissance au Soleil et à la Terre, il y a plus de cinq milliards d’années.

On ne peut pas les synthétiser et il n’en existe aucun substitut. La Lune et les astéroïdes n’en contiennent pas sous une forme aisément exploitable et même si des projets existent et leur faisabilité n’est pas impossible, les investissements exorbitants qui y seraient consacrés devraient servir autrement l’Homme de la Terre.  En revanche, le recyclage sur Terre de nos gâchis propres est non seulement possible, il est nécessaire !